Menu Search

La conférence sociale divise les partenaires sociaux

Article publié le 12/07/2012 à 10:27

Lors de la conférence sociale, le 10 juillet dernier, Jean-Marc Ayrault a dévoilé la « feuille de route » sociale du quinquennat. Les partenaires sociaux se montrent globalement satisfaits, mais émettent tout de même quelques réserves.

La conférence sociale divise les partenaires sociaux

Des partenaires sociaux globalement satisfaits

Les règles censées régir les relations entre partenaires sociaux, État et collectivités que sont les compromis, les concertations et les discussions, ont été clairement annoncées et respectées.

Cette méthode convainc « sur le fond, on verra cela dans quelques semaines » a expliqué Jean-Claude Mailly, le secrétaire général de Force ouvrière (FO).

Les participants ont été conviés à dresser un état des lieux dans des domaines tels que l'emploi, le redressement productif, l'égalité ou encore la formation professionnelle ce qui satisfait la plupart des syndicats présents.

Michel Sapin, ministre du travail, lui, se réjouit d'un dialogue retrouvé, « ce qui m'a le plus frappé, c'est l'appété de débat, le plaisir de parler véritablement des choses ».

Globalement, tous les participants ont souligné un climat d'apaisement et « respectueux ». Selon Catherine Guérin, secrétaire générale de l'Unsa Fonction publique territoriale, il était nécessaire de « réhabiliter les fonctionnaires » qui ont longtemps été « humiliés et présentés comme le problème ».

Des volontés différentes

Bernard Thibault, leader de la CGT, est arrivé à la conférence avec l'ambition d'obtenir des décisions immédiates. Cette volonté est loin d'être partagée par les autres syndicats.

Jean Lardin, président de l'Union professionnelle artisanale (UPA), estime que si le gouvernement annonçait, à l'issue de la conférence, « qu'il a décidé ceci ou cela », il serait en opposition avec « l'esprit de cette conférence ».

Pour Jean Grosset, le fait que « la liste des priorités » soit définie est déjà une avancée. De plus, selon le président de la République, il est impossible d'être « seulement dans le plan d'urgence ».

En effet, il estime qu'il est nécessaire « d'avoir une stratégie, de mobiliser des moyens nouveaux et de faire en sorte d'anticiper. » Il a ajouté que cette conférence était « une démarche sur les 5 ans à venir ».

À l'issue de la conférence, Bernard Thibault déplore qu'il n'y ait « aucune disposition pour faire face à l'urgence ».

À propos des actualités

AlloEmploi est indépendant du Pôle Emploi.

Le Pôle Emploi est au coeur de l'actualité en France : taux de chômage, statistiques sur l'aide au retour à l'emploi, changements dans les plafonds de ressources pour les allocations, événements organisé par le Pôle Emploi, etc.

Publicité