Menu Search

La Réunion : emplois verts et Pôle Emploi renégocient

Article publié le 28/01/2013 à 17:14

À la Réunion, le Pôle Emploi a reçu une délégation de l’ARCP et « les emplois verts en danger » pour comprendre leurs attentes et leurs craintes par rapport au renouvellement des contrats aidés. Pôle Emploi serait d’accord avec certaines mesures.

La Réunion : emplois verts et Pôle Emploi renégocient

Pôle Emploi renégocie sur les emplois verts

Le 24 janvier, le Pôle Emploi de Saint-Denis, à la Réunion, a reçu une délégation de l’alliance des Réunionnais contre la pauvreté (ARCP) et « Les emplois verts en danger ».

Ces derniers attendaient des réponses en ce qui concerne le renouvellement des contrats se terminant à la fin du mois de janvier 2013 et aussi des informations sur le quota d’emplois verts attribué pour cette année.

Pôle Emploi a également été mis au courant des craintes en ce qui concerne l’avenir de ces contrats. Le président de l’ARCP, Jean-Hugues Ratenon, a déclaré qu’il « était hors de question de laisser les maires faire des embauches électoralistes ».

Le Pôle Emploi aidera au recrutement des contrats aidés

L’ARCP et « Les emplois verts en danger » ont demandé à Pôle Emploi de « prendre en charge le recrutement » pour que « l’embauche à la tête du client cesse à la Réunion ». Le Pôle emploi, lui, serait d’accord avec cette mesure.

Les municipalités qui voudraient des emplois aidés devraient donc transmettre une fiche de poste à Pôle Emploi qui se chargerait ensuite de faire suivre les candidatures. Ce partenariat existe déjà entre la commune de Saint-Denis et le Pôle Emploi pour les contrats d’avenir.

Jean-Hugues Ratenon a annoncé son intention d’avertir « le préfet et les maires » estimant que cette mesure, si elle était adoptée, permettrait « plus de transparence, plus de respect pour les demandeurs d’emploi et plus de respect dans l’utilisation de l’argent public ». Mais pour cela, encore faut-il que les 23 maires de la réunion soient d’accord.